Sixième lecture : Pourquoi est-il si difficile d’être heureux ?

Quand on part de ses propres bases sur le chemin du bonheur et de la réussite, on se rend compte que ce n’est pas facile d’être humain. Et de là qu’on en revient au principe de naissance qui évoque que tout le monde serait né pour être heureux. Mais combien est-il difficile ? Nous ne nous rendons pas compte souvent. Le livre quasi-psychologique de Jacques Salomé, ‘’ Pourquoi est-il si difficile d’être heureux ?’’ nous en dit plus.

Mais, qu’est ce qui pourrait rendre l’homme plus heureux aujourd’hui ? L’argent, les belles voitures, les belles maisons, une belle femme, la célébrité, de jolis enfants… Une enquête de l’université de Chicago  demandait entre temps aux américains d’évaluer leur bonheur par année. Les résultats des données économiques montrent que la catégorie des gens se considérant très heureux est resté stable depuis 50 ans à savoir une personne sur trois, bien que les revenus financiers de ces dernières ont eu une augmentation ses dernières années, ce qui contrarierait une quelconque hypothèse que tous ces biens matériels pourrait rendre si heureux.

Dans son livre, Jacques Salomé explique comment être né dans un milieu où rien ne lui ait été donné et où tout était à conquérir, il fallait tout affronter et se construire à partir des manques à combler et de ce qui pourrait réellement provoquer sa joie à lui-même. On y comprend plus que le bonheur de vivre lui-même vient de toutes ses péripéties qui viennent à l’encontre de l’homme au cours de sa vie. Jacques disait : « Si dans un premier temps, je m’étais ébranlé, soit par une critique ou une mise en cause, dans un second temps, j’affronte la situation et je me bats. Non pas pour gagner sur l’autre ou convaincre, mais pour retrouver le respect de moi, en continuant à m’affronter et à me positionner ». Il ne suffit pas de naître et d’avoir des lingots d’or sur son chemin avec tout de tracés comme certains ont l’habitude de le clamer pour être heureux. C’est très ennuyant de vivre même dans ces conditions où tout y est. La joie de vivre vient de tous ces aléas, ces événementiels, ces situations interminables qui nous transforment, nous rendent plus forts, plus confiants, pour abasourdir, plus heureux, cette joie de s’en sortir vainqueur des problèmes ou des difficultés sur son chemin, cette construction de nous-même qu’on arrive à mettre en place.

« Le bonheur, faut-il le rappeler, c’est une petite lumière au plus sombre de soi .»

Comment le simple fait d’accueillir un enfant dans ses bras ouverts peut être une sensation unique. Il y est dit que nous passons souvent à côté des petits bonheurs qui nous sont offerts par la vie et nous, nous ne savons pas apprécier les petites choses, nous ne savons pas accueillir, accompagner, amplifier les rencontres, entretenir de bonnes relations avec les gens. Comment avec tous ces manques, nous aspirons encore a de piètres résultats de bonheur dans nos vies ? Puisque, elle n’est pas totalement la nôtre et nous ne pouvions pas vivre empiétement, être délibérément seul en étant heureux, pourquoi ne nous arrêtons nous pas sur ces points et revoir notre manière de vivre ?

Nous avons aussi fort tendance à accuser la vie, les autres, Dieu, le gouvernement, la société, les incidents, les malentendus ou malheurs qui nous arrivent en faisant ainsi économie de notre propre implication, de notre propre mise en cause dans les multiples choix et décisions que nous avons pris en amont d’un événement. C’est en acceptant de se responsabiliser dans ses conduites et leurs effets que vous deviendrez réellement cet auteur de toutes vos relations. Il serait plus commode d’apprendre à se concentrer sur ce qui ne va pas chez vous et chercher les moyens les plus faciles de les résoudre que de vous acharner sur l’attitude des autres puisque vous devez tous savoir qu’aucun de vous n’est assez parfait pour reprocher quoi que ce soit à l’autre. Vous devez dans vos relations et dans vos différents environnements apprendre à vivre à côté de l’autre par pour vous ni pour l’autre mais pour le bonheur de tous.

Mais en tout, comme Jacques Salomé le dit : «  J’ai appris à écouter, à donner, à recevoir et à dire non, bref à me définir »

Tel doit être notre façon de penser.

Finalement, pour aller plus loin, il vous faut passer maintenant à l’action en vous procurant ce fameux bouquin en cliquant ici !

Restons focus !

A bientôt, n’oubliez pas de vous abonner et de partager avec l’un de vos proches qui souhaiterait lire cet article pour son développement personnel.

Team Be Yourself By Yourself

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnement confirmé !

Erreur. Veuillez réessayer.