Les Nouveaux Analphabètes à l’ère du XXIème siècle.

Au fil des années, le monde évolue  à une vitesse impeccable. Il est en perpétuel progrès. De siècle en siècle, de nombreux changements s’effectuent et bien qu’elle se détériore à petit peu, la vie des hommes s’améliore : Les nouvelles technologies bouleversent l’économie mondiale. Un bon nombre de domaine de notre ère ont vraiment du mal à s’adapter à la tendance car ils sont presque désuets. Faute de leur archaïsme, cet état de fait laisse cours à l’avènement des nouveaux analphabètes. Mais que sont alors les nouveaux analphabètes ?

Tout d’abord, selon le dictionnaire français, un analphabète est quelqu’un qui ne sait ni lire ni écrire, une personne qui ne possède pas les rudiments de lecture, d’écriture et de calcul nécessaires pour son insertion sociale. Cette catégorie de personnes dépend donc de ceux possédant ces aptitudes. Mais à notre époque actuelle, une nouvelle alternative d’analphabètes excelle de plus en plus : ce sont les fameux nouveaux analphabètes. Donc tout simplement, ils diffèrent des analphabètes comme tout le monde le sait car ils savent lire, écrire, calculer mais le seul hic ! Ils sont « illétrés » en se basant sur trois critères de notre monde actuel.

Ne plus se former après son diplôme

En effet, nous connaissons tous déjà le schéma pré-établi sur une partie de notre plan de vie : Va à l’école, passe ton diplôme, et commence à travailler. C’est une des erreurs monumentales de l’histoire du secteur de l’éducation car la plupart des gens en se basant sur ce concept, pensent qu’une fois qu’ils ont obtenus leurs diplômes, ils sont les meilleurs, qu’ils ont fini d’apprendre et qu’ils n’ont plus besoin d’apprendre quoi d’autres à part des formations qui cadrent dans leur domaine d’activité choisie. Et le constat est fait que tous ces gens sont juste basiques. Apprendre toute sa vie, apprendre de nouvelles choses au quotidien même si elles ne cadrent pas à notre secteur d’activité devrait être primordial pour chacun de nous car Isaac Newton, physicien britannique disait entre temps : «  Ce que nous savons est une goutte d’eau. Ce que nous ne savons pas est un océan. » Nicolas de Condorcet, un mathématicien français en parlait autrefois dans l’importance d’apprendre toute sa vie dans son discours : L’Organisation générale de l’instruction publique en 1792. Donc si notre but est d’être parmi les leaders de notre époque, si nous voulons sortir des sentiers battus, si nous voulons apporter de la valeur au monde, nous ne devons pas cesser d’apprendre. Nous nous devons d’apprendre chaque jour, qu’on soit enfant, jeune, adulte, qu’on soit riche ou pauvre, même à quelques minutes avant notre mort, on doit apprendre. C’est l’une des clés de l’accomplissement de soi.

Imaginez vous deux jeunes adultes qui ont suivi normalement leur cursus scolaire, qui ont eu leur diplôme, et qui finalement ont commencés à travailler. Prétendons que l’un à la fin de chacune de ses journées, arrivé chez lui, lit des livres de développements personnels, des livres de non-fictions, se forme sur d’autres concepts de la vie, et ensuite l’autre qui se tape une bière, à regarder des matchs de football, ne lit pas, passe ses week-ends dans les boîtes de nuits et ne fait rien. Selon vous, qui d’entre ces deux jeunes aura acquéri un océan intellectuel ? Qui aura progressé dans sa vie personnelle et professionnelle ? Qui aura eu les bases pour vivre mieux et dans l’épanouissement ? Qui aura la chance d’être un exemple pour les autres tout en les aidant ? Le premier sans doute.

Et le saviez vous, il y a des myriades de manières d’apprendre.

Les chemins sont épars. Grâce à la technologie, l’Internet, il existe des nombreux cours en ligne sur plusieurs domaines comme l’Art, l’Entrepreneuriat, la Science, l’Informatique et j’en passe. Par exemple, vous pouvez suivre des formations par module sur Open Classrooms. Grâce à des blogs, vous pouvez apprendre de nouvelles activités comme la peinture sur NabisMag, vous pouvez apprendre à séduire sur SeductionByKamal….Voyager en allant à la découverte de cultures, apprend beaucoup aussi.

Tellement de voies sont possibles pour apprendre. Nous avons tout à notre portée.

Malgré cela, combien de personnes autour de vous, au lieu d’écouter des podcasts de livres, lisent de la musique ?

Combien de personnes au lieu de lire des livres de non-fictions, regardent la TV ?

Combien de personnes au lieu d’apprendre un sport, rêvassent chaque matin dans leur lit ?

Mais le constat est fait que certaines personnes bornées sur leur ignorance pensent en effet que cette attitude est de la masturbation intellectuelle. Par ailleurs, on considère que la masturbation intellectuelle est le fait de se torturer l’esprit par des recherches, des pensées, des idées, qui ne nous mènent à aucun but ultime. Si on prenait le cas de la recherche de la perfection dans sa vie, n’est ce pas exactement le fait de rester moites, sans prendre le temps de se remettre en question et d’essayer d’atteindre des niveaux d’abstraction élevés qui apporterait une touche de lumière sur nos manques et qui changerait presque complètement notre vision des choses, qu’est la vraie masturbation intellectuelle ? C’est aussi de la masturbation intellectuelle, le fait de ne pas comprendre comment certains mécanismes de notre quotidien sont imbriqués, le fait de laisser libre cours à certains problèmes de notre environnement sans réfléchir à comment apporter une alternative pour hacker cette difficulté, le fait de vouloir faire ou arriver à faire quelque chose sans chercher à savoir les méthodes à mettre en place pour y arriver. Les gens par leur histoire unique sont tellement enfouis dans leur piège de pantoufles en ciment qu’ils s’y sentent bien confortable. Avec les livres numériques qui flânent sur Internet, les cours et formations en ligne, nous avons accès à un immense portail de connaissance au bout des doigts (c’est-à-dire juste quelque cliques avec notre clavier d’ordinateur ou notre Smartphone). Nous avons la possibilité aujourd’hui de nous connecter aux meilleurs cerveaux du monde, c’est-à-dire, qu’il a existé des personnes qui ont partagés leur maîtrise dans un domaine à travers des livres aux coûts dérisoires. Prenons l’exemple du livre « Le Personal MBA » de Josh Kaufman, très connu aux Etats-Unis, qui donne une éducation de classe mondiale dans le business sans avoir à aller dans une école et à dépenser 150000 dollars pour perdre deux ans ensuite avoir ce simple diplôme qu’est le MBA, en effet. C’en est un exemple concret. Du coup, avec nos smartphones et ordinateurs, le savoir de l’humanité est à notre portée depuis notre petite cabane de rien du tout dans un coin complètement perché dans une brousse Africaine (comme quoi là on en abuse de trop).

Ces différentes pépites d’or peuvent nous apporter ainsi quelques notions concrètes dont on peut faire usage afin d’apporter de la valeur à notre société. Le vrai crime serait donc de rester passif, mou, indifférent, de vivre dans notre carcan quotidien sans chercher à s’auto-former, s’instruire ou se cultiver chaque jour.

Si nous n’apprenons pas de nouvelles choses, ne réfléchissons pas et cela pour toute notre vie afin d’éviter de nous déranger l’esprit, nous serions comparable à un jeune mec qui n’ose pas courtiser une belle jeune fille afin d’éviter de se faire prendre un lapin (même si cela nous arrive parfois, aux hommes). Sortir de sa zone de confort est un pas vers le développement personnel.

Ne pas savoir utiliser l’informatique

L’univers de l’informatique est ce qui domine de nos jours. Presque tout se fait à notre époque, grâce aux rouages de l’informatique. Les applications mobiles ou logiciels que nous utilisons qui facilitent notre vie et nos travaux, les transactions bancaires, etc. L’utilisation d’un ordinateur accompagne utilement la majorité des activités. Un jeune médiocre qui à ce siècle, ne possédant pas les compétences minimum en informatique est un pseudo-criminel (juste pour le fun de ne pas tuer des consciences). Pour faciliter son insertion sociale à l’ère des millenials, il est crucial d’avoir un minimum de connaissances en informatique. Certaines compétences de bases sont importantes ; on peut noter : lancer un logiciel, en installer, créer des dossiers, en renommer et en effacer, faire des cut and paste, télécharger des fichiers ou logiciels sur Internet, rechercher des informations sur Internet avec Google ou autres, utiliser les boites de mails, la saisie sur Word, imprimer des documents, photos, etc. Pour peu de volonté, on peut acquérir ces aptitudes basiques ou soit autant laisser pisser le mérinos et se ranger toute sa vie dans la catégorie des néo-illétrés.

Le faire est simple : s’offrir un ordinateur, s’approprier des livres informatique comme par exemple L’informatique pour les nuls qui est vraiment constructif et rudimentaire, donc s’auto-former pour sortir de ce cul-de-sac.

Ne parler qu’une langue officielle

De nombreuses langues existent au monde. Chacun de nous, nous provenons de différentes cultures avec leurs propres valeurs. Nous nous devrons donc de ne pas nous restreindre à une culture. La découverte d’autres cultures passe par l’apprentissage de leur langues. Et de toutes les langues qui existent, évidemment la première langue étrangère à explorer est l’Anglais. C’est une langue universelle et elle est enseignée partout. Son utilité est extrême, surtout dans le monde du voyage, du commerce, des affaires et notamment de la technologie informatique. Et le vrai constat dans certains consulats, avant de vous délivrer un visa, on teste vos aptitudes à parler cette fameuse langue. Il est originaire d’Europe mais il est le plus reconnu que par les Etats-Unis dont les novations ont des années d’avance par rapport aux autres pays. Qui entreprend doit comprendre l’Anglais car les anglais détiennent la richesse, l’univers de l’innovation, la monopole sur tout le territoire humanitaire. Maitriser l’Anglais, procure une longueur d’avance incroyable sur les autres. La perfection dans cette langue n’est pas forcément requis. Tant qu’on sait maitriser quelques expressions, lire, et se faire comprendre, au fur et à mesure, on s’améliorera toujours. On progressera lentement et surement. Quelques moyens faciles pour apprendre et s’imprégner dans l’exploration de cette langue : lire de manière imparfaite des documents en anglais, ou soit des livres basique comme par exemple Harry Potter, écouter de la musique anglaise, lire des films en anglais et bien sur avec la traduction sous-titrée dans votre langue habituelle, etc.

Par ailleurs, déjà en ayant pris gout d’une partie de l’Anglais, on pourrait donc se donner les moyens d’en apprendre d’autres langues comme le mandarin, le portugais, l’espagnol ou encore l’allemand.

Ceci faisant, nous nous ouvrons à un univers transcendant de la connaissance et de la culture générale.


Ainsi, nous en apprenons beaucoup sur ce qu’on appelle les nouveaux analphabètes. Si juste après lecture de ce billet, vous vous reconnaissez parmi l’un des trois critères, il va falloir vous remettre en cause car cela ne servirait à rien de se faire appeler « intellectuel », et arrêter de vous préoccuper de choses inutiles qui ne vous apporterait rien de concret dans votre vie personnelle et professionnelle.

Soyez focus !

A bientôt, n’oubliez pas de vous abonner et de partager avec l’un de vos proches qui souhaiterait lire cet article pour son développement personnel.

Team Be Yourself By Yourself

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnement confirmé !

Erreur. Veuillez réessayer.